CMJN ou RVB, quelles différences ?

Dans la communication visuelle, comprendre les modes colorimétriques — tels que CMJN ou RVB — est essentiel. Cette décision influence directement le rendu de vos visuels sur différents supports.
Dans cet article, nous allons explorer leurs différences et leurs applications optimales, ce qui vous vous guidera dans votre choix.

 

Le CMJN : pour l’impression

Le CMJN (acronyme de Cyan, Magenta, Jaune, Noir), ou CMYK en anglais, est le standard pour les impressions. On utilise aussi le terme quadrichromie : c’est un processus d’impression qui utilise le mélange de trois couleurs de base (cyan, magenta et jaune), auxquelles on ajoute le noir pour créer une large gamme de couleurs sur le papier.

CMJN ou RVB

Ce système repose sur la théorie de la soustraction de couleur. Quand la lumière touche un objet, cet objet absorbe certaines couleurs de la lumière et en reflète d’autres. Les couleurs que nous voyons sont celles qui sont reflétées et non absorbées par l’objet.

Le principe de la soustraction de couleur intervient lorsque nous combinons des couleurs de peinture, d’encre ou de teinture. Mélanger des encres ou des peintures nous rapproche du noir car les pigments dans la peinture ou l’encre absorbent plus de couleurs de lumière, et moins de lumière est réfléchie vers nos yeux.

Les couleurs primaires sont le cyan, le magenta et le jaune. Quand on mélange ces couleurs, on obtient

  • Cyan + magenta donne du bleu (parce que le rouge et le vert sont absorbés)
  • Cyan + jaune donne du vert (parce que le rouge est absorbé)
  • Magenta + jaune donne du rouge (parce que le bleu est absorbé)

CMJN mélange de couelurs primaires

Si l’on mélange les trois couleurs, en théorie, on devrait obtenir du noir. Cependant, dans la pratique, ce mélange donne souvent un brun foncé ou un noir impur, c’est pourquoi l’encre noire (K pour « key » en anglais) est ajoutée dans l’impression pour obtenir un noir profond et des ombres riches.

Il est difficile de reproduire certaines couleurs vives avec ce procédé. Les couleurs spéciales telles que le fluo ou les couleurs métalliques nécessitent d’autres techniques d’impression.

Le cas du noir profond

Le noir profond, ou noir riche, dans le CMJN, est obtenu par la combinaison des quatre encres pour produire un noir intense. Il est généralement composé de noir et d’autres couleurs en soutien. Par exemple :  C : 60 %, M : 50 %, J : 30 %, N : 100 %

Ces valeurs de noir profond sont à utiliser sur des aplats. Pour le texte, privilégiez un noir simple : C : 0%, M : 0 %, J : 0 %, N : 100 %

Attention toutefois à ne pas dépasser un taux d’encrage supérieur à 300%, voire même 250% si la qualité du papier n’est pas très bonne, afin d’éviter un séchage de l’encre difficile.

 

 
CMJN séparation des couleurs
Séparation des couches CMJN

Le RVB : pour les écrans

Le RVB (acronyme de Rouge, Vert, Bleu), ou RGB (Red, Green, Blue) en anglais est  utilisé pour les affichages électroniques tels que les écrans d’ordinateurs, de téléphones et de télévisions

Le RVB est basé sur la synthèse additive : la lumière est additionnée pour former d’autres couleurs, les trois couleurs primaires étant le rouge, le vert et le bleu. Chacune de ces couleurs, lorsqu’elle est projetée seule, apparaît dans sa couleur respective. Lorsqu’on les combine, des couleurs différentes sont créées :

  • Rouge + Vert :  jaune.
  • Rouge + Bleu :  magenta.
  • Vert + Bleu : cyan.

Les trois ensemble donnent du blanc car la lumière rouge, verte et bleue ensemble contiennent toutes les couleurs de lumière qui, quand elles sont combinées, sont perçues par nos yeux comme étant blanches.

En ajustant l’intensité de chaque couleur dans un pixel, il est possible de créer une large gamme de couleurs.

RVB superposition de couleurs lumières primaires

Conversion et différences de couleurs

La conversion entre RVB et CMJN peut entraîner des variations de couleurs. Ces différences sont dues aux limitations de chaque système dans la reproduction de certaines gammes de couleurs, comme nous l’avons vu plus tôt. Il est surtout important de retenir que certaines couleurs vives en RVB peuvent apparaître plus ternes en CMJN.

Lorsque vous passez de CMJN (impression) à RVB (écran), vous « allumez » les couleurs, les rendant plus lumineuses et vibrantes, car les écrans utilisent la lumière pour créer les couleurs. Vous passez d’une palette de peinture un peu plus restreinte à une palette où presque toutes les couleurs du spectre sont à votre disposition. Inversement, pour convertir de RVB à CMJN, il faut anticiper une certaine atténuation ou modification des couleurs une fois imprimées avec des encres. 

Le mieux reste donc de choisir le bon mode dès la création de votre fichier.

 
conversion RVB vers CMJN

D’autres modes

Il existe d’autres modes colorimétriques, tels que le LAB ou le Hex, chacun ayant ses propres applications et avantages.

Mode LAB

Le mode colorimétrique LAB est basé sur la perception humaine des couleurs et peut représenter toutes les couleurs visibles par l’œil humain. Il sépare les informations de luminance (L) des informations de couleur (A pour les axes vert-rouge et B pour les axes bleu-jaune).

HSV (Teinte, Saturation, Valeur)

Ce mode décrit les couleurs en termes de leur teinte (couleur), saturation (intensité de la couleur) et valeur (luminosité de la couleur). Il est  utilisé dans les sélections de couleurs des logiciels de design graphique pour permettre aux utilisateurs de naviguer intuitivement à travers l’espace colorimétrique.

HSL (Teinte, Satu​​​​ration, Luminosité)

Très similaire à HSV, mais avec une légère différence dans la façon dont la luminosité est calculée. HSL est conçu pour être plus intuitif pour les humains en séparant clairement la couleur (teinte), la pureté de la couleur (saturation) et la luminosité.

Code Hexadécimal (Hex)

Bien que techniquement pas un mode colorimétrique, le code Hex représente les couleurs dans le système RVB avec une chaîne de six chiffres et lettres. Ce format commence généralement par un hashtag (#), suivi de deux caractères pour chacune des composantes rouge, verte et bleue (par exemple, #FFFFFF pour le blanc). Le code Hex simplifie l’intégration des couleurs dans le design web et le développement, offrant une méthode rapide et précise pour spécifier les couleurs dans le CSS et d’autres langages de programmation web.

 

Aller plus loin

Identifier le mode colorimétrique d’une image

Pour vérifier le mode colorimétrique d’une image, utilisez un logiciel de graphisme comme Photoshop. L’information se trouve généralement sous le menu « Image > Mode ».
Il existe plusieurs alternatives, y compris des options gratuites, permettant d’accéder à cette fonctionnalité :

  • GIMP : un programme de manipulation d’images open source qui offre une gamme complète d’outils pour l’édition et la conversion d’images, y compris la vérification et le changement de mode colorimétrique. 

  • Paint.NET : pour les utilisateurs de Windows, Paint.NET est une alternative légère offrant des fonctionnalités d’édition de base, y compris la possibilité de voir et de modifier le mode colorimétrique. Bien que moins complet que GIMP ou Photoshop, il demeure une option accessible.

  • Krita : Conçu principalement pour les artistes numériques, Krita propose également des outils d’édition d’image, y compris la gestion des modes colorimétriques. C’est une option solide pour ceux qui cherchent une application orientée vers la création artistique avec des fonctionnalités d’édition d’image.

  • Affinity Photo : Bien qu’il s’agisse d’une option payante, son coût unique est nettement inférieur à celui d’un abonnement Photoshop. Affinity Photo offre une suite complète d’outils d’édition et de manipulation d’image, y compris la gestion des modes colorimétriques.

Les profils colorimétriques

Les profils colorimétriques assurent la fidélité et la cohérence des couleurs entre différents supports, en décrivant précisément comment les couleurs sont gérées et reproduites par chaque appareil. Définis par l’International Color Consortium (ICC), ils agissent comme des traducteurs entre les espaces colorimétriques des appareils, garantissant que les couleurs affichées à l’écran correspondent à celles imprimées ou capturées.

Les encres spéciales

Il existe des encres spéciales, telles que les encres fluo et métalliques. En raison de leur coût élevé et de leurs caractéristiques uniques, ces encres sont généralement réservées à des applications spécifiques où l’objectif est de faire une forte impression visuelle ou de communiquer une marque ou un message haut de gamme.

Le pantone

Le Pantone  est une référence incontournable dans le domaine de la couleur, servant de norme internationale pour la précision des couleurs dans diverses industries, notamment le design graphique, la mode, l’imprimerie et la fabrication de produits. Conçu pour garantir la cohérence des couleurs à travers différents supports et matériaux, le système Pantone permet de spécifier avec exactitude des couleurs uniques grâce à un code numérique spécifique. Ce système repose sur un ensemble de teintes prédéfinies, incluant des couleurs spéciales et métalliques, qui ne sont pas toujours réalisables avec les modes colorimétriques CMJN ou RVB.

 

En résumé

Pour choisir entre le mode CMJN et RVB, basez-vous sur le support final de votre création : CMJN pour tout ce qui est destiné à l’impressionRVB pour les projets destinés aux écrans.  La conversion entre ces deux modes peut entraîner des variations de couleurs, donc il est conseillé de choisir le mode colorimétrique approprié dès le début de la création.

Si vous ne vous sentez pas tout à fait à l’aise avec ces aspects techniques, l’intervention d’un professionnel du design graphique est recommandée. Un expert pourra non seulement vous guider mais aussi garantir que la qualité du résultat final de votre projet.